Aller au contenu

Quel vin pour un faire un vin chaud ?

Quel vin pour un faire un vin chaud ?

Cette boisson, à base de vin rouge (ou de vin blanc), de cannelle, de clous de girofle, de sucre, de citron, d’orange et d’étoile de badiane, se retrouve chaque année à chaque coin de rue, tout comme les marrons chauds et autres spécialités hivernales, lorsqu’arrivent les fêtes de fin d’années.

Mais quel est le lien entre cette boisson et Noël ?

D’où vient cette succulente recette qui nous réchauffe par temps de grand froid? Je vais voir avec vous, l’histoire et l’origine de cette boisson douce et chaude pouvant s’accompagner de biscuits ou autres sucreries à l’occasion… Nous voilà donc partis pour un petit voyage dans le temps.

Histoire et origine du vin chaud

Le premier vin épicé vu le jour sous l’Empire romain, au tout début du premier siècle après Jésus Christ (vers l’an 20 après J-C). Il avait pour appellation latine, le Conditum Paradoxum, signifiant en français: “créé un paradoxe”.

Sa véritable recette, à l’époque, se fît à partir de miel mis à bouillir dans du vin puis, avec l’ajout d’épices telles que le safran, le laurier, le poivre, le mastic et le nard. Il était également ajouté à ce mélange, des dattes préalablement imbibées de vin ainsi que des noyaux de ce fruit, torréfiés. Puis, cette préparation était diluée dans un volume précis de vin de qualité afin que le résultat soit doux et harmonieux. Des charbons ardents, jetés en fin de préparation à l’intérieur du vin chaud, avaient pour rôle d’assurer sa conservation.

Puis la recette du vin chaud ne cessa d’évoluer à travers les siècles, et sous des appellations différentes.

Au XII ème siècle par exemple, le vin épicé était nommé “piment” (ou “piment”) par le poète français chrétien de Troyes.

Au XIII ème siècle, il se nommait ghariofilatum, “clou de girofle” en latin médiéval, avec son importation d’épices venues d’Orient, par le port de Lattes, près de Montpellier.

La tradition de cette boisson chaude fût son apparition marquée en Suède, avec le roi Gustave 1er. Elle était élaborée, à cette époque, avec un vin du Rhin, du miel, du sucre et des épices (clous de girofle, gingembre, cannelle, cardamome).

Dès 1600, cette boisson réservée à l’origine aux classes plus aisées, se popularisa et prit le nom de Glögg signifiant, vin chauffé. La fabrication de ce breuvage fît donc son apparition au sein de chaques foyers.

Quel est le lien entre le vin chaud et Noël ?

C’est vers les années 1890 que la tradition et la vente de cette boisson douce et sucrée s’intensifia dans les pays nordiques (Suède, Finlande) et au Danemark, lors des fêtes de Noël. Puis plus tard, dans d’autres pays européens comme l’Autriche, l’Alsace etc…

Quel vin rouge utiliser et de quelle qualité ?

Si vous souhaitez réussir votre boisson chaude, vous devez suivre ces quelques conseils que je vous donne; Si vous utilisez un vin de moyenne gamme, il aura de fortes changes d’être altéré par la cuisson et l’ajout d’épices. Préférez plutôt un vin jeune, fruité et rond. Il faut que vous évitiez les vins astringents et/ou trop tannique.

Vin pour vin chaud, vous pouvez choisir un vin rouge parmis les suivants: AOP côtes-du-rhône ou côtes-du-rhône villages, IGP d’Oc merlot, IGP d’Oc grenache, IGP d’Oc syrah, AOP languedoc, AOP beaujolais ou AOP bordeaux

Comment réussir un bon vin chaud ?

Lorsque vous souhaitez réussir parfaitement votre préparation, vous devez éviter de faire quelques erreurs comme de recycler un vin acide, bouchonné ou éventé car la chaleur fera ressortir les défauts du vin. À éviter également, le mélange de différents vins: la recette du vin chaud n’est pas celle d’un pot pourri ! Elle est faite à partir d’un vin unique et de qualité. L’utilisation d’un vin de mauvaise qualité vous donnera un vin chaud médiocre.

Recette de vin chaud sans alcool

Pas tout le monde n’aime ou ne peut consommer d’alcool. C’est le cas des enfants et des femmes enceintes par exemple. Ce n’est pas grave, il existe une recette dérivée, sans vin. Il vous suffit de remplacer le vin par du jus de raisin et d’y ajouter un trait de sirop au choix (framboise, cerise, mure ou myrtille) en faisant toutefois attention au dosage du sucre dans la recette. Grace à cette astuce tout le monde pourra partager cette tradition de noël.

Vous connaissez maintenant tout les secrets pour réussir un bon vin chaud pour noël.